Fédération Québécoise d'Athlétisme

Accueil > Actualités > Banque Scotia 21k de Montréal : Deuxième victoire pour Woodfine et Comeau bien lancée

Banque Scotia 21k de Montréal : Deuxième victoire pour Woodfine et Comeau bien lancée

Banque Scotia 21k de Montréal : Deuxième victoire pour Woodfine et Comeau bien lancée

2019-04-29

Par Laurent Godbout

Montréal, 28 avril 2019 – Avec la présence de l'excellent Yves Sikubwabo sur la ligne de départ du 17ème édition Banque Scotia 21k de Montréal, nous pensions bien que Tristan Woodfine, vainqueur de l'épreuve en 2018, avait trouvé un adversaire à sa mesure. Mais Woodfine ne l'entendait pas ainsi. Pour une 2e année consécutive, il a dominé sans partage le demi-marathon disputé sur les îles du parc Jean-Drapeau. Il a franchi la ligne d'arrivée fin seul en 1:05:27, loin devant le Torontois Rejean Chiasson, deuxième en 1:08:00. Le Montréalais Pierre-Lou Billerot a complété le podium devant ses amis en 1:08:19.

Du côté des femmes, la présence de Rachel Hannah, médaillée de bronze du marathon des Jeux panaméricains de 2015, ainsi que Sasha Gollish, victorieuse en 2018, laissait présager un duel entre les deux coureuses de l'Ontario. Mais là encore, c'était sans prendre en compte la Québécoise Anne-Marie Comeau, la plus jeune des trois, qui est venue brouiller les cartes. Sans prévenir, Comeau s'est détaché des deux autres après une dizaine de kilomètres, pour conclure en 1:14:07, un gros record personnel.

De part et d'autre, Woodfine et Comeau semblent avoir préconisé des plans de course identiques. Woodfine, de Cobden, Ontario, a beaucoup gagné en confiance depuis ses 2:15:19 au marathon de Houston en janvier dernier. Si la température ambiante de 3 Celsius avait semblé retenir les meneurs jusqu'au 5ème km (15:52), Woodfine n'a pas attendu bien longtemps par la suite pour se démarquer. Entre le 8ème et le 9ème km, son démarrage a été sans appel et laissa Sikubwabo se démener tout seul pour le reste de la course. Au 15e km, Woodfine s'était construit une solide avance de 80 secondes sur Sikubwabo. Il fit cavalier seul jusqu'à l'arrivée. Sikubwabo, aux prises avec des douleurs aux mollets, a abandonné la course un peu avant le 17ème kilomètre.

La course en solitaire n'a pas semblé ralentir l'ardeur de Woodfine, qui a pu retrancher son temps sur ce même parcours en 2018 de 16 secondes. « Je me sentais assez bien et j'ai accéléré progressivement entre le 8ème et le 9ème pour voir comment les autres réagiraient. » a expliqué le vainqueur immédiatement après la course. « Ça n'a pas été trop difficile par la suite.»

Woodfine, âgé de 26 ans, ne semble pas jouir de la notoriété qu'il mérite depuis son excellent résultat de Houston, mais il ne s'en fait pas pour autant. « Cette course-là et le 10 miles que j'ai couru durant en préparation pour le 21k m'ont beaucoup aidé au niveau de la confiance. Je sens que je suis dans la bonne direction. Il reste encore de travail à accomplir pour arriver à un niveau plus élevé. »

Woodfine contraste beaucoup avec certains athlètes qui pourraient se plaindre d'un manque de reconnaissance. « J'ai beaucoup de soutien autour de moi; ma famille, mon entraîneur et mon thérapeute sportif », dit-il, sans jamais aborder la question financière. Outre les soins gratuits d'un chiropraticien, Woodfine ne bénéfice pas des avantages financiers d'un commanditaire.

Contrairement à l'année dernière où le Banque Scotia 21k de Montréal faisait partie du «build up» vers le marathon d'Ottawa, la course montréalaise de cette année fait partie d'un plan de longue haleine menant vers le marathon Scotiabank Waterfront Toronto Marathon, comptant pour la qualification olympique. « C'est une année importante et je garde bien en vue l'objectif d'un standard olympique. »

Crédit photo : Inge Johnson

Anne-Marie Comeau, sans complexes

Anne-Marie Comeau, qui avait été beaucoup plus prudente à son premier demimarathon ici, terminant alors deuxième en 2018, a cette fois-ci été plus audacieuse. Notre olympienne des Jeux d'hiver de Pyongchang 2018 en ski de fond a pris les devants peu après le passage des 10 km. En maintenant le rythme, elle se défit graduellement de Hannah et Gollish pour franchir le 15ème kilomètre (52 :30) avec une avance considérable de 36 secondes sur Hannah.

« Je me sentais super bien. Je n'ai pas accéléré mais je suis partie un peu plus vite qu'à l'habitude. Après mon premier demi-marathon l'année dernière, j'étais plus à l'aise. Je voulais courir sous le barre de 1h15min, je suis donc assez contente aujourd'hui d'être à 1:14:00. »

Comeau, qui n'a que 22 ans, est promise à un bel avenir sur les longues distances. En pleine préparation pour son premier marathon à Ottawa en mai prochain, elle était fraîche comme une rose après son effort d'aujourd'hui. Prometteur, n'est-ce pas?

Rachel Hannah, deuxième avec 1:15:15, était satisfaite de son effort. « Le timing pour cette course était idéal dans mon programme. Je me sentais pas mal bien. Le but aujourd'hui était de courir un demi à un rythme légèrement plus rapide qu'un rythme de marathon, ce qui est parfait pour préparer au marathon. Ma dernière course ici date d'il y a cinq ans et j'aime bien le parcours et les encouragements qu'on reçoit.» nous raconte l'athlète de Guelph.

Hannah a tenté tant bien que mal de suivre le rythme imposé par Comeau, mais a dû lâcher prise voyant que la coureuse de St-Férréol-les-Neiges était en plein contrôle.

La Torontoise Sasha Gollish nous avait prévenu. « Je ne me sens pas très bien », nous avait-elle dit quelques minutes avant le départ. « J'ai défendu ma thèse de doctorat cette semaine et je suis arrivée ici assez épuisée », expliquait-elle après sa 3ème place à l'arrivée (1:17:44)

De manière générale, nous avons pu observer un bel effort des athlètes sur ce parcours rapide aujourd'hui malgré la température fraîche.

 Crédit photo : Inge Johnson

 

Toutes les nouvelles